Bilbo le hobbit

Couverture Bilbo le hobbit

Titre : Bilbo le hobbit

Auteur : J. R. R. Tolkien

Editeur : Le livre de poche

Prix : 6 €

Nombre de pages : 379

Quatrième de couverture : Bilbo, comme tous les hobbits, est un petit être paisible et sans histoire. Son quotidien est bouleversé un beau jour, lorsque Gandalf le magicien et treize nains barbus l’entraînent dans un voyage périlleux. C’est le début d’une grande aventure, d’une fantastique quête au trésor semée d’embûches et d’épreuves, qui mènera Bilbo jusqu’à la Montagne Solitaire gardée par le dragon Smaug …

Mon passage préféré : 

– Tu as de bonnes manières pour un voleur et un menteur, dit le dragon. Mon nom semble t’être tout à fait familier, mais je ne me souviens pas de t’avoir déjà senti. Qui es-tu et d’où viens-tu, s’il m’est permis de te le demander ?

– Certainement ! Je viens de sous la colline et mon chemin menait sous la colline et par-dessus les collines. Et par les airs. Je suis celui qui marche invisible.

– Je veux bien le croire, dit Smaug, mais ce n’est guère là ton nom usuel.

– Je suis le découvreur de clefs, le coupeur de toiles, la mouche piquante. J’ai été choisi pour le bon numéro.

– Voilà de beaux titres ! fit le dragon d’un ton sarcastique. Mais les bons numéros ne sortent pas toujours.

– Je suis celui qui enterre ses amis vivants, les noie et les retire de nouveau vivants de l’eau. Je suis venu du fond d’un sac, mais aucun sac ne m’a recouvert.

– Ces titres-là ne me paraissent pas aussi honorables, dit Smaug, railleur.

– Je suis l’ami des ours et l’hôte des aigles. Je suis Gagnantdanneau et Porteurdechance ; je suis Monteurdetonneaux, poursuivit Bilbo, qui commençait de se plaire à ses énigmes.

– Voilà qui est mieux ! dit Smaug. Mais ne te laisse pas emporter par ton imagination.

Mon avis : Ma lecture de ce classique a été influencée par ce que j’ai vu des deux premiers épisodes au cinéma, mais pas encore par le troisième volet de la trilogie que je regarderai plus tard. Je suis profondément choquée par ce que les scénaristes ont créé à partir de ce roman destiné aux enfants. Le voyage effrayant et semé d’embûches de ce cher petit Bilbo est devenu une véritable boucherie ! Je comprends parfaitement qu’en l’état, le roman est inadaptable. Il y a bien moins d’action que dans les films, même si ces scènes sont assez fidèles. En revanche, plusieurs aberrations sont à relever ! Si Barde existe bel et bien, il n’est fait aucune mention à une quelconque famille et toute la scène dans laquelle les elfes viennent exterminer les gobelins sur la ville du lac est totalement inventée ! De même que Legolas n’est présent à aucun moment et qu’aucune idylle n’est jamais envisagée entre un nain et une elfe ! Comme je l’ai dit, je comprends qu’il ai fallu pimenter un peu cette histoire pour la rendre plus impressionnante. Mais il y a des limites, tout de même ! Abstraction faites des adaptation cinématographiques, ce roman est une petite merveille. Tolkien a inventé cette histoire au début du XXe siècle. Son style est donc très classique, bien que le fond soit tout à fait précurseur du genre. Ceux qui me lisent souvent savent à quel point j’aime ce style tout en politesse et sarcasme déguisé. J’aurais adoré trouver des partitions pour accompagner les chansons présentes tout au long du récit. De cette façon, il aurait été possible d’en découvrir la sonorité, en plus des paroles. Bien que celles-ci ne soient pas toujours faciles à imaginer chanter puisqu’elles ont été traduites sans essayer de rendre le chant harmonieux. En parlant de traduction, il est à noter que les noms de Bilbo et de Thorïn n’ont pas été traduits. De même que le village de Cul-de-Sac demeure BagEnd. En revanche, Fondcombe n’est jamais nommée ainsi. Traduire ou pas, il aurait fallu choisir l’un ou l’autre et pas jongler avec les deux versions. Je râle pas mal dans cette chronique, mais j’ai vraiment beaucoup aimé ma lecture. Au final, l’histoire est tellement différente de ce que j’ai déjà vu que j’ai eu l’impression de découvrir un tout autre voyage. Et pour ma première incursion littéraire dans le monde de Tolkien, je dois dire que je suis plus que satisfaite. J’ai même carrément hâte d’entamer Le Seigneur des Anneaux.

 Note : 18/20

Ce livre en un mot : Fantastique

Publicités
Cet article, publié dans Chroniques littéraires, La bibliothèque de Noémie, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s