Comment j’ai mordu Damon Salvatore

Couverture Comment j'ai mordu Damon Salvatore

Titre : Comment j’ai mordu Damon Salvatore

Auteur : Rose Darcy

Editeur : Sharon Kena – One Shot 

Format : ePub

Prix :  1.30 €

Nombre de pages : 39

Quatrième de couverture : Comment réagiriez-vous si le vampire sexy sur lequel vous fantasmez H24 débarquait un soir de décembre dans votre librairie ? À 30 ans, Capucine a voué sa vie aux livres qu’elle dévore comme elle respire, se perdant dans des rêveries de Princes Charmants… pas si charmants que ça. Égarée au milieu de son univers rose bonbon, la jeune femme rêve, en permanence. Et c’est sans doute là son plus gros problème. Parce qu’entre rêves et réalités, la frontière est plus mince qu’elle ne le croyait. Quand un homme mystérieux franchit les portes de son antre et fait basculer l’axe de son monde, Capucine prend peur. Choisira-t-elle la sécurité du songe inaccessible dans lequel elle s’est volontairement enfermée ? Ou prendra-t-elle le risque de mettre un pied en dehors des pages de ses livres ? La vie réelle lui tend les bras… acceptera-t-elle de s’y jeter, corps et âme, au risque de souffrir à nouveau ? Découvrez comment un regard, une morsure, peuvent changer votre existence à tout jamais.

Mon passage préféré : 

Un ami m’a dit un jour que mon prince charmant était en route mais que, pas franchement doué – ce qui ne m’étonne pas de lui – il s’était sans doute cassé la figure de son cheval en chemin. Etant actuellement dans le plâtre, il a simplement plus de mal qu’un autre à retrouver son chemin jusque chez moi. Hum, problématique, n’est-il pas ? De surcroît, ayant bousillé son téléphone dans sa chute – oui, un preux chevalier moderne a toujours son portable sur lui -, il est malheureusement injoignable pour le moment. « Veuillez laisser un message après le bip sonore … ». Encore faudrait-il avoir ses coordonnées !

Mon avis : Capucine, c’est un peu moi. La nana plongée dans ses romans et parfois incapable de s’en extirper, jusqu’à ce que la réalité la rattrape. Pas de panique si vous n’êtes pas particulièrement fan de Ian Somerhalder ou même du personnage qu’il interprète dans la série The Vampire Diaries, le fameux Damon Salvatore. Vous n’êtes même pas obligé d’avoir déjà entendu parler de lui. En effet, bien que le beau Ian ait été choisi par l’auteur comme « phare » pour son personnage principal, chacun est libre d’imaginer que cette histoire se déroule autour de la fascination de Capucine pour la célébrité de son choix. J’avoue pourtant que si le titre avait été Comment j’ai mordu Johnny Halliday, je n’aurais même pas pris le temps de consulter le résumé. Comment ne pas succomber au charme hypnotique de Ian et au danger irrésistible que suscite Damon ? J’en suis personnellement incapable. Me voilà donc avec ce petit roman numérique entre les mains. D’abord sceptique, j’ai finalement réussi à me glisser dans la peau du personnage principal avec une étonnante facilité. Capucine est une jeune femme tout ce qu’il y a de plus complexée. Persuadée qu’aucun homme n’arrivera jamais à la cheville de son acteur favori qu’elle a érigé sur un piédestal en diamant, elle redescend brusquement sur terre quand ses certitudes se trouvent mises à mal par un homme ayant poussé la porte de sa librairie parisienne. Seulement, il n’est pas le seul nouveau client de Capucine. Le seul et l’unique Ian Somerhalder en personne pénètre un soir dans la petite boutique. La question à laquelle Rose Darcy répond dans ce roman est la suivante : devons-nous prendre le risque de laisser s’évanouir un fantasme parfait au profit d’une réalité incertaine ? Et surtout, l’inaccessible Damon Salvatore vaut-il un discret Christian Cross ? Le choix de Capucine me semble tellement logique que je ne peux qu’en apprécier d’avantage ce petit récit truffé de clins d’œil littéraires et télévisuels, dont vous trouverez les explications à la fin. Ce livre est une petite gourmandise pleine d’humour, de romantisme et de « Oh mon dieu, c’est trop choupinou ! »

 Note : 18/20

Ce livre en un mot : Emouvant

Publicités
Cet article, publié dans Chroniques littéraires, La bibliothèque de Noémie, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s