Le prophète

Couverture Le Prophète

Titre : Le prophète

Auteur : Khalil Gibran

Editeur : Pocket

Prix :  1.55 €

Nombre de pages : 93

Quatrième de couverture : Après douze ans d’exil, son navire est enfin arrivé. La mer l’appelle. Bientôt, Almustafa reverra son île natale. Mais il ne quittera pas la cité d’Orphalèse sans dispenser à son peuple les enseignements de sa profonde sagesse. Chercheur d’absolu, il se fait poète et prophète, à l’heure du départ. Amour, mariage, liberté, travail, mort … « Ce qui bouge en nos âmes » n’a pas de secret pour lui, qui connaît les rêves du vent et le coeur de Dieu. Joignons-nous au peuple d’Orphalèse. Et tendons l’oreille …

Mon passage préféré : 

Peuple d’Orphalèse, vous pouvez étouffer le tambour et détendre les cordes de la lyre, mais qui ordonnera à l’alouette d’interrompre son chant ?

Mon avis : J’ai découvert ce livre tout à fait par hasard, au détour d’une bande dessinée qui en proposait un extrait que j’avais trouvé magnifique. Du coup, j’ai foncé chez mon amie Fnac pour l’acheter. J’ai dévoré les 93 pages en moins d’une heure. J’ai décidé de ne pas aborder ma lecture d’un point de vue religieux (car la religion est malgré tout assez présente), mais plutôt comme un petit guide rempli de conseils pour tout simplement « arrêter de se prendre la tête pour des bêtises ». Tout ce que dis l’orateur m’a semblé juste et logique, même si on ne s’en rend pas toujours compte au quotidien. Par exemple, au sujet de la liberté, il explique que nous la désirons et la recherchons tellement et à tous prix, qu’on en devient en réalité esclave. Quel paradoxe ! Et pourtant c’est vrai. Nous sommes prêts à tout pour l’obtenir, on ne veut qu’elle et on s’incline devant elle parce que nous la vénérons et la nourrissons de nos espoirs. Nous sommes esclaves de la liberté. Révélation incroyable, n’est-ce pas ? Chaque phrase prononcée donne lui à une analyse et à un questionnement personnel pour le lecteur. Par exemple, le passage que j’ai choisi de vous présenter comme étant mon préféré, aborde le thème des lois. Selon moi, il signifie que peu importe les règles établies, il se trouvera toujours quelqu’un pour les enfreindre. Mais ce n’est pas forcément une mauvaise chose, surtout si la loi elle-même était mauvaise dès le départ. Peut-être trouverez-vous une autre signification à cette citation. C’est là qu’est toute la beauté de cet ouvrage : chacun est libre de comprendre les paroles de Khalil Gibran comme il les entend. Ensuite, il revient à chacun de décider si ces « conseils » sont applicables dans la réalité ou si Le prophète était simplement un bon moment à passer.

 Note : 15/20

Ce livre en un mot : Spirituel

Publicités
Cet article, publié dans Chroniques littéraires, La bibliothèque de Noémie, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s