Les bouquins de Stala #1 – L’élégance du hérisson, Muriel Barbery

Salut les loulous !

Comment ça va bien chez vous?

Comme promis, au lieu du commentaire des séries de la semaine, je commence à vous parler de mes lectures!

J’ai donc choisi de vous parler de « L’élégance du hérisson », de Muriel Barbery,
que je voulais lire depuis très longtemps, et que j’ai acheté avec mes copinettes à Nancy, et que j’ai donc lu il y a quelques mois.

Alors voici la 4è de couverture:
Je m’appelle Renée, j’ai cinquante-quatre ans et je suis la concierge du 7 rue de Grenelle, un immeuble bourgeois. Je suis veuve, petite, laide, grassouillette, j’ai des oignons aux pieds et, à en croire certains matins auto-incommodants, une haleine de mammouth. Mais surtout, je suis si conforme à l’image que l’on se fait des concierges qu’il ne viendrait à l’idée de personne que je suis plus lettrée que tous ces riches suffisants.
Je m’appelle Paloma, j’ai douze ans, j’habite au 7 rue de Grenelle dans un appartement de riches. Mais depuis très longtemps, je sais que la destination finale, c’est le bocal à poissons, la vacuité et l’ineptie de l’existence adulte. Comment est-ce que je le sais ? Il se trouve que je suis très intelligente. Exceptionnellement intelligente, même. C’est pour ça que j’ai pris ma décision : à la fin de cette année scolaire, le jour de mes treize ans, je me suiciderai.

Alors personnellement j’ai adoré ce livre.
Il est peut-être un peu difficile à lire parfois
(hello les soirs où je suis crevée et que je comprends pas un mot de ce que je lis),
mais dans l’ensemble c’est un livre hyper beau,
bourré (mais alors bourré) de jolies idées,
les deux personnages principaux sont des femmes d’une intelligence délicieuse,
c’est vraiment passionnant de suivre le fil de leur pensée,
et le troisième est un homme immensément admirable.
On s’attache aux personnages (il y en a aussi qu’on adore détester),
on croirait les connaître personnellement, c’est très bien écrit.
Le seul point noir que je pourrais voir,
c’est le fait qu’il y ait justement peut-être trop de jolies idées,
à un moment j’ai eu l’impression que l’auteure avait fait le pari de caser le plus de références culturelles et de belles phrases, c’est un peu lassant par moments, mais on se remet vite dans le bain.
Autre petite critique: j’aurais aimé que la rencontre des 3 personnages intervienne plus tôt…
Mais ce n’est pas une vraie critique, je dis ça simplement parce que j’aurais aimé avoir plus de moments avec ces 3 êtres géniaux, mais écrit comme ça l’est, la fin est parfaite, et l’intrigue est parfaitement découpée.

Voilà, en somme un livre que je décrirais comme beau, et qui porte un message d’espoir.

Je n’ai pas pu choisir d’extrait, je vais prendre la technique de ma copine Nono pour les prochains livres, promis!

J’espère que cette première « critique littéraire » vous aura plus, je prévois d’en faire d’autres, pas aussi souvent que les commentaires de série mais bon!
Tous les livres que je lis ne me donnent pas forcément envie de vus les présenter, donc voilà…

Je vous donne rendez vous dimanche prochain pour le commentaire #15, d’ici là soyez sages!

Love,
-S.

Publicités
Cet article, publié dans Les bouquins de Stala, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s